Last-Day. « Jeunesse Dépravée » .
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Andréas MacCarter ll ADMINISTRATRICE *

Aller en bas 
AuteurMessage
Andréas MacCarter
Keep my Feet on Ground
avatar

Nombre de messages : 601
AGE : 25.12 - 18 ans
TAKEN or FREE ? : FREEheart_.
HUMEUR : ★ No I can't hear nothing 'cause I got my head up in the clouds.
Date d'inscription : 26/04/2008

. Fiche Perso .
*. Un p'tit mot ?:
*. Relations:

MessageSujet: Andréas MacCarter ll ADMINISTRATRICE *   Dim 6 Sep - 22:46

'
- - - - - CARTE D'IDENTITÉ - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - .
'

    x NOM : MacCarter
    x PRÉNOM : Andréas
    x DATE DE NAISSANCE - AGE : 25décembre1990 - 18 ans
    x LIEU DE NAISSANCE : Saint Denis
    x FAMILLE : Mère décédée - Père perdu de vue
    x ORIGINES : Françaises. Mais son arrière grand père paternel avait, parait-il, un parent d'origine anglophone (d'où le nom de famille de la jeune fille)
    x SEXE : Féminin
    x ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle décomplexée sexuellement
    x GROUPE : FAMOUSwave


'
- - - - - DEAR DIARY - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - .
'

    x HISTOIRE : C’est le jour de Noël de l’année 1990 que naquit la petite Andréas MacCarter. Enfin, le jour, tout était relatif… Pour être tout à fait honnête, elle était surtout née à 00h06, obligeant ses parents à quitter la fête du réveillon en plein milieu. Alors que son père avait encore une coupe de Champagne en main, il avait été contraint d’emmener sa très chère femme à l’hôpital le plus proche pour que celle-ci puisse donner naissance à leur enfant. A l’époque, ni l’un ni l’autre ne s’attendait à ce qu’Andréas ait une telle vie. A vrai dire, à l’époque, ils n’avaient même pas encore décidé du prénom qu’elle allait porter alors… En chemin pour l’hôpital, ils avaient finalement opté pour « Andréas ». Un prénom mixte qui plaisait autant à la mère qu’au père. Je ne dévoilerai aucunement ici l’identité de ses parents, car cela n’est guère important pour la jeune fille. Petite, ses parents la poussèrent très tôt à faire de grandes choses. Marcher avant les autres, parler avant les autres, compter avant les autres… Andréas était devenue une jeune fille précoce. Son QI dépassait la moyenne pour la plus grande fierté de ses géniteurs qui s’en vantaient à tout va. Loin de grossir la tête de leur fille en vantant ses mérites ainsi, son père et sa mère n’arrivèrent qu’à l’insupporter chaque jour un peu plus. Partout où elle allait, les autres la prenaient en grippe, l’attitude de ses parents était loin de l’aider face aux autres, bien aux contraire. Lorsqu’elle sauta des classes, Andréas se retrouva entourée de personnes inconnues dans un univers inconnu. Pendant un an, elle essaya de s’intégrer, en vain, les autres la mettant à l’écart quoi qu’elle fasse.
    Durant l’été de ses 8 ans, la mère d’Andréas, atteinte d’une grave maladie du cœur, décéda. Bien que la jeune fille ait toujours eu du mal vis-à-vis de ses parents, la mort de sa mère l’affecta grandement. A partir de ce moment là, elle ne chercha plus à s’intégrer. Tout ce qu’elle voulait, c’était devenir autonome, ne plus avoir à supporter le regard des autres, leurs moqueries et les rumeurs. Ne plus avoir à supporter les regards de pitié qu’ils arboraient lorsqu’ils apprenaient pour sa mère, et ne plus avoir à supporter son père. Si elle devait lui attribuer un qualificatif, Andréas lui aurait collé sur le front un post-it avec marqué « LAVETTE » en gros. Depuis la mort de sa femme, il s’était laissé aller, descendant de plus en plus dans l’estime de sa fille. Alors qu’elle avançait, la tête haute bravant moqueries et regards méchants, son père, lui se laissait caresser du coté du poil, la morve au nez. Elle ne supportait pas ça. Elle régentait la maison, faisait le ménage, faisait à manger et le tout en travaillant pendant que son paaaaaaauvre père ramenait de quoi payer les impôts, la nourriture puis posait son fessier dans un fauteuil pour pleurnicher.
    Son Bac en poche, Andréas se fit émanciper et quitta la maison. L’émancipation avait été la seule chose qu’elle avait trouvée pour gagner son indépendance. Elle dégotta un cagibi en guise d’appartement à Paris, se fit embaucher dans un pauvre café en tant que serveuse et commença ses études de journaliste. Tout cela à à peine 15 ans, bien que les gens lui donnaient en général la majorité. C’est durant ces trois années qu’elle rencontra l’ancien directeur de Show Your Life. Nouveau magazine parisien montant en flèche dans le TOP des ventes, Show Your Life traitait autant des potins de star, des faits divers, de politique que d’économie; Le tout sur un ton léger, accessible à tous. Il venait quotidiennement au café, dans l’après midi, quand Andréas était en plein service. Au bout de quelques semaines, ils commencèrent à bavarder, puis au fur et à mesure que le temps passait, la jeune fille restait de plus en plus souvent avec lui à discuter de tout, de rien, de leurs vies respectives. Il finit par devenir un véritable ami de la jeune fille. Malgré les nombreuses années qui les séparaient, ils passaient beaucoup de temps ensemble, un peu comme un père avec sa fille.
    Au bout de trois ans d’amitié, Andréas avait changé d’appartement, son père de substitution ne voulant absolument pas qu’elle reste dans un taudis pareil. Il lui trouva un appartement, dont il paya toutes les charges, sans même lui laisser le choix. Andréas finit ses études plus vite que prévu, et l’aube de ses 18 ans approchait. La jour de Noël, a 00h06 précise, le directeur lui annonça alors quelque chose qui allait changer sa vie. Il lui léguait le Magazine. Maintenant. Bien sur, il restait avec elle au début pour l’aider à superviser tout cela, mais à présent c’était ELLE aux commandes.
    Andréas allait maintenant avoir 19 ans dans quelques mois, cela faisant un an qu’elle dirigeait Show Your Life d’une main de maître. Elle rendait encore visite a son vieil ami qui coulait des jours heureux dans sa villa à Hawaï chaque été, un peu comme une fille irait passer ses vacances dans la maison de vacances familiale…
    x CURSUS SCOLAIRE : De la maternelle jusqu'à la terminale, on peut dire que l'enfant MacCarter fit une scolarité quasiment parfaite. Voire plus. Pourtant, depuis ses petites classes, Andréas n'a jamais aimé se rendre à l'école. En maternelle, elle trouvait cela ridicule de se faire noter sur des pauvres dessins - qui étaient censés être fait pour se divertir, non ? -, ou encore sur des vignettes que l'on aurait remis dans le bon ordre. Elle, elle aurait préféré rester jouer chez elle avec ses poupées Barbie et ses petites voitures. Mais elle n'avait pas le choix, alors elle suivait gentiment sa mère qui la conduisait jusqu'aux grilles de l'établissement, et elle s'appliquait à ramener tout pleins de A comme Acquis.
    Puis, lors de son entrée au CP, la jeune fille marqua sa différence par rapport aux autres. En seulement quelques semaines Andréas savait dors et déjà lire et écrire comme un élève de 3 ans son ainé. Quant aux mathématiques, elle savait déjà multiplier depuis les vacances d'été précédentes. Remarquant son talent, son institutrice convoqua ses parents afin de leurs dévoiler les capacités de leur fille. Apprenant la nouvelle, ils tombèrent tous les deux d'accord : Sans demander l'avis de la principale concernée ils la firent sauter plusieurs classes, la larguant en octobre en classe de CM1 avec des devoirs de remise à niveau, notamment en Histoire-Géographie.
    Si vous demandez l'avis d'Andréas, l'année la plus dure pour elle a été sans hésitation la 6eme. Non pas que le niveau scolaire se soit avéré trop haut pour elle (HAHA la bonne blague (:); Là où elle avait des difficultés se localisait plutôt dans le domaine social. Entourée de personnes bien plus vieilles qu'elle, Andréas se sentait rejetée, ou n tous cas les autres se chargeaient de lui faire ressentir que sa place n'était pas ici. Entre les "Hey Petite !" "La maternelle est de l'autre coté de la route" ou encore "Dégage Minus", Andréas avait parfois l'impression que tout le collège s'était ligué contre elle... Ne s'intégrant vraiment pas, elle continua pourtant à travailler comme elle pouvait, sans jamais se décourager.
    L'époque du lycée ne se passa pas beaucoup mieux, bien que les moqueries diminuèrent, les regards en coin, eux, demeurèrent. Elle se fit quelques ami(e)s, mais elle n'en considéra jamais aucun comme "proche". Bac S mention "Très Bien" en poche, Andréas se dirigea vers des études de journalisme. Elle torcha ses 5 ans d'études en 3 et se mit en vente sur le marché du travail.
    x MES AMIS : Si vous parlez d'amitié avec Andréas MacCarter, vous pouvez être sur qu'elle prononcera au moins une fois le doux nom de "Casey Williams". Ces deux là ne se connaissent pas depuis si longtemps que ça, et pourtant elles sont copines comme cochon. Qui est Casey ? Casey est l'assistante d'Andréas. Andréas l'a prise sous son aile, la trouvant attendrissante. Cela faisait des mois qu'elle cherchait une assistante COMPETANTE, après en avoir viré plusieurs elle proposa le poste à la demoiselle. Celle si voulait devenir mannequin malheureusement il lui manquait quelques centimètres. A la place, Andréas la forme en tant qu'actrice - pour publicités - et modele photo. Leur relation est avant tout professionnelle, c'est d'ailleurs en l'engageant qu'Andréas a appris à connaitre ce petit bout de fille. En a peine quelques semaines, les deux jeunes filles en sont vite venues à se comporter en amies, bien qu'Andréas fasse quand même faire le sale boulot à la petite Williams (C'était le deal, mesdames et messieurs 8D). A présent, Casey est toujours fourrée chez sa patronne, se sentant bien plus chez elle chez son amie que dans son vrai "chez elle"; les deux jeunes filles ne se lâchant plus.
    L'autre personne qui a la plus grande place dans le coeur d'Andréas est Noam Anderson. Les deux jeunes gens se tournent autour, s'embrassent se font des calins des fois plus poussés que d'autres. . . mais au fond, ils s'aiment juste comme un frère et une soeur. C'est en quelque sorte un jeu entre eux, a qui fera chavirer l'autre avant etc. Elle a souvent recourt à lui pour illustrer les articles de son journal.
    x MES AMOURS : Andréas est une sans coeur. Personne n'a le droit d'être ici ! oDo (ou presque...). Evan McFly a peut-être sa place ici ? Elle l'aime énormément bien qu'elle ne le connaisse pas vraiment. Il l'intrigue et l'intéresse. Mais de là à dire qu'il s'agit d'amour... HAHA.
    x MES ENNEMIS : Si il a bien une personne qu'Andréas ne peut pas voir, c'est bien Julie Stewart. Cette fille, dés qu'elle la voit elle a envie de lui mettre un coup (mais elle se retient, elle sait se tenir u.u). Cependant, pour peu qu'elle ait un peu bu et que madame Julie vienne l'embêter...
    x WORST THINGS ABOUT ME : J'aime commander, avoir le dessus et déteste que l'on me dise quoi faire. – J'ai du mal à laisser les gens m'approcher de trop près... – Je rote même à table.
    x BEST THINGS ABOUT ME : Je ne me prends pas la tête pour des broutilles. – Je suis nature.
    x I ♥ IT ! : Chupp Chupp (Cherry) - Oreo - Le Vert - Les Marguerites - Les Films d'Horreur - Les Singes - Arriver à ses fins ~
    x I IT ! : Les Fourmis - La Tomate - Rater Quelque Chose - Qu'on la Contredise - Les Chochottes ~
    x TICS & MANIES : Sauter sur les gens - Manger en décortiquant, par petits bouts - Jouer avec une mèche de ses cheveux/ un collier - s'asseoir n'importe où.
    x I'M AFFRAID TO... : Perdre les gens que j'aime. – Les endroits noirs et confinés.
    x JE ME DIFFÉRENCIE DES AUTRES PAR... ? Un tatouage en forme de lune, verte, dans le bas du dos - Une cicatrice de 3cm de longueur pour 5mm de largeur au dessus du nombril
    x CITATION FAVORITE : « Être libre, ce n'est pas seulement de ne rien posséder, c'est de n'être possédé par rien. » - Julien Green.



'
- - - - - SOURIEZ VOUS ETES FILMES ! - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - .
'

« Vous avez besoin de photos de types photo d'identité. Or, vous vous balader actuellement dans l'un des quartiers les plus huppés de Paris, et oh, que vois-je ? La boutique d'un photographe professionnel à votre droite. Ses tarifs sont corrects (pour un photographe professionnel, s'entend) et devant l'urgence à laquelle il vous faut ces photos, vous décidez d'entrer. Vous êtes alors reçus par un métrosexuel maniéré : le photographe. »
En 400 mots minimum vous devez décrire l'entrée de votre personnage et ses impressions sur le photographe; ses préférences en ce qui concerne la mode, le maquillage la coiffure etc. et son avis sur l'ambiance chic du lieu (sans oublier bien sur de conclure par un choix : faire ces photos ou non ? : D)

~ Mais c’est quoi ce mec ?! ~ Voici les premières pensées qu’eut d’Andréas MacCarter en entrant « Chez Pedro Moticelli » (A prononcer avec l’acceeeee-----ent, s’il vous plait.). Des Métrosexuels maniérés, la directrice de Show Your Life en avait croisé des centaines, mais aucun n’arrivait à la cheville de celui-ci. Il était…. Impressionnant. Et il dégoutait la petite blondinette. N’allez pas croire qu’Andréas avait quoi que ce soit contre les gens maniérés, il fallait seulement dire qu’elle détestait qu’on la touche sans qu’elle n’y autorise la personne. Alors lorsque qu’un italien se croyant être admissible au TOP 5 des mecs les plus canons lui mettait la main au creux des reins pour l’accompagner jusqu’à l’objectif, cela lui donnait presqu’envie de gerber son petit déjeuner. Elle aurait pu péter une durite et se mettre à hurler comme une dératée. Elle aurait pu. Mais elle n’en fit rien. Après tout, elle était Andréas MacCarter, et elle pouvait bien se contenir pour un tout petit contact insignifiant avec un photographe minaudant, non ? Oui. Bien.
Elle le suivit donc sans un mot jusqu’à une petite salle mise à l’écart. Son magasin était immense (si on pouvait appeler ça un magasin) ! Sur le chemin jusqu’à l’endroit où elle se trouvait actuellement, Andréas avait pu voir que de nombreuses pièces avaient été aménagées; Certaines drapées dans un espèce de velours rouge, d’autres avec des canapés, ou même un design plus Hi-Teck… Elle ne préférait pas savoir quel genre de photos Pedrr----rro pouvait bien faire à ses heures perdues. Au milieu de sa salle à elle (qui ne contenait ni lit bizarre, ni drapé, qu’on se le dise), une toile était étendue pour former un fond quelconque. Au devant, un petit tabouret était posé. Le reste de la salle était vide, à part les murs qui étaient ornés de tableaux ou d’affiches quelconques. Andréas s’avança, la tête haute vers le milieu de la salle et posa son fessier royal sur le petit tabouret, avant de poser un regard neutre sur l’objectif qui la fixait. M. Moticelli se mit derrière l’appareil photo et commença à effectuer quelques réglages tout en observant la jeune femme qui se trouvait devant lui. Elle regardait à présent ailleurs, devant le temps attente auquel il la soumettait. Il l’avait souvent vu dans des magasines, ou aux quelques soirées mondaines auxquelles il avait été invité. On la repérait tout de suite, cette petite blonde. Il émanait d’elle comme une sorte… d’aura. Pas quelque chose de magnifique, plus quelque chose qui intimait le respect, sans pour autant faire peur. Il lui semblait qu’on appelait cela « du charisme ». Elle portait ses cheveux blonds longs et ondulés, aujourd’hui; Pourtant il se rappelait l’avoir croisée il y a bien de cela un an, avec un carré plongeant déstructuré, qui lui allait plutôt bien également. Aujourd’hui, ses cheveux paraissaient habités par une vie propres, comme si elle n’avait pas cherché à les dompter. Les mèches passaient dans un sens, puis dans l’autre, comme si elles ne se préoccupaient pas de savoir où étaient leur place. En effet, Andréas cultivait un look négligé. Elle ne passait pas son temps dans sa salle de bain à se pomponner, mais elle faisait toujours attention à ne pas avoir l’air de sortir du lit, des valises énormes sous les yeux. Et, depuis qu’elle avait ordonné à la petite Casey de lui teindre les cheveux de la nuque en noir et de lui refaire son dégradé, une semaine plus tôt, Andréas ne s’était pas embêté à se sécher les cheveux, laissant leur ondulation naturelle.
Une fois les réglages faits, Pedrrrrrro recentra l’objectif sur la jeune fille. Ses grand yeux bleu pâle, presque gris, étaient toujours perdus dans le vague. Il en profita pour continuer à l’observer. Son visage n’avait pour ainsi dire, aucun défaut. Il était harmonieux, et sa bouche (qui formait a présent une petite moue rêveuse), avait les commissures qui remontaient légèrement lorsqu’elle souriait, formant un petit sourire à la fois mystérieux et qui dénotait qu’elle avait une petite idée derrière la tête. Lorsqu’il observait son corps, il pouvait également apercevoir des formes agréables à regardées, bien qu’on ne puisse pas pour autant les qualifier de « plantureuses ». De petite taille, sa taille fine faisait qu’elle donnait presque l’impression d’être fragile (ce qui n’était pas du tout vrai. Prenez vous un de ces coups de pied dans le tibia, et vous comprendrez). Amateur de mode, le photographe détailla également sa tenue du jour, ce qui lui fit froncer les sourcils. La dernière fois qu’il l’avait aperçue, elle portait une simple tunique large bleu turquoise avec un petit short en jean et des grosses chaussures genre Dr. Martens alors qu’aujourd’hui; dans son tee-shirt a manches courtes noir décoré d’une simple étoile rouge sur le devant, porté par-dessus un tee-shirt manches longues du même rouge que l’étoile, et dans son pantacourt noir large, de simple converses OxCanvas Rouges, elle arborait un look bien plus rock, détonnant avec son look bobo chic de la dernière fois. La prochaine fois qu’il la verrait serait-elle habillée en punk ? Allez savoir…

« Vous avez bientôt fini de le régler cet appareil ? »

C’est vrai quoi. Cela faisait presque cinq minutes qu’elle attendait patiemment qu’il règle son engin, temps qu’il avait utilisé en la détaillant des pieds à la tête, ce qui lui déplaisait fortement. M. Moticelli s’excusa puis pris plusieurs photos. Andréas sauta à bas du tabouret, bougea un peu ses doigts de pieds à l’intérieur de ses chaussures et remua ses les bras pour faire redescendre les nombreux bracelets qu’elle portait. Elle serra la main du photographe, avec un petit merci.

« Allez voir la dame à l’accueil, elle vous fera remplir un formulaire. Vous devriez recevoir vos photos d’identité d’ici quelques jours. »

Elle lui sourit puis alla remplir son formulaire au bureau de la madame dans la salle principale avant de revoir la lumière de soleil qui l’avait accompagnée pendant sa balade jusque « Chez Pedro Moticelli ». Finalement, ce photographe était peut-être pas si nul que ça. Un sourire au bout des lèvres, Andréas mit un pied dehors, se promettant que si ses photos d’identité étaient jolies, elle reviendrait ici faire les prochaines.




« Comme tout bon jeune à la mode que vous etes, vous décidez de créer votre blog afin d'y exposer votre vie de débauche (ou pas HAHA.). Mais qui dit blog, dit présentation, n'est-ce pas ? Vous vous lancez donc dans un roman exposant les moindres recoins de votre personnalité. Que vous soyez la dernière salope en vue ou Mère Thérésa, les inernautes veulent tout savoir ! »
En 400 mots minimum, décrire la personnalité de votre personnage en l'etoffant au maximum. Vous pouvez également illustrer les traits de son caractère par des petites anecdotes, par exemple. Faites preuve d'originalité, nos internautes aiment ça ;)


Les présentations, on déteste tous vraiment ça, n’est-ce pas ? Ne me dites pas non, je SAIS* que vous détestez ça! Après tout, qui a besoin de savoir qui je suis, sérieusement ? Ca intéressera PERSONNE de savoir que je peux m’enfiler 2 boîtes entières d’Oreo devant un bon film d’horreur en jubilant de voir les pauvres cloches se faire décapiter en premier (parce que ce sont toujours elles les premières à crever. HAHA); ou que je suis la directrice de Show Your Life. Ah. Je vois que CA, ça vous intéresse. Oui, je suis Andréas MacCarter. Oui, j’ai bien 19 ans d’ici quelques mois. Et non, je ne vous raconterai pas ma vie ici. Il parait que les lecteurs veulent en apprendre plus sur moi. Right ?
Right. Les gens disent beaucoup de choses de moi. Que je me prends au sérieux, par exemple. Demandez à qui vous voudrez, ils diront tous que je ne suis « qu’une petite conne qui pète plus haut que son cul » (Ciel! Quel Langage!). Et vous savez quoi ? C’est vrai. Mince lors, je ne suis pas n’importe qui! On me reconnait dans la rue, je fais trembler les starlettes avec mes articles et je dicte la mode de la saison, tout ça à 18 ans. Vous pensiez sérieusement que j’allais rester humble et me comporter comme une pauvre banlieusarde ? … Vous auriez aimé que je dise ça, hein, bande de petits canaillous (:. Et bien, je crois que mes paroles d’au dessus méritent un LOL. Voilà qui est dit. Je déteste que l’on vienne me prendre la tête avec le qu’en dira-t-on et le politiquement correct, alors pourquoi me prendrais-je la tête moi-même, sérieusement ? Je fais ce que je veux [POINT] Tant pis si l’on dit que je suis prétentieuse, tant pis si l’on parle de mes actes encore 30 ans après. Je suis majeur et libre. Prenez ça pour de la prétention si ça vous arrange, je ne suis plus à ça près. J’ai des privilèges, et j’en profite; Ne venez pas me blâmer vous en ferriez autant. On m’invite partout, on me voit partout. Mais n’allez surtout pas croire que j’y suis forcée, là où je ne veux pas être, je n’y suis pas, tout simplement. Me faire marcher sur les pieds, être contrainte à faire quelque chose, sans façon, merci bien. Je déteste absolument ça; Les ordres, les limites et tout ce que je considère comme une entrave à ma liberté (autrement dit, tout ce qui va à l’encontre de ma volonté). En revanche, ne venez pas me contredire. C’est pas que je déteste ça, non… Mais en fait si. Je déteste ça. Si ce que je soutiens est faux, je le reconnaitrai, là n’est pas le problème; Mais pensez bien que si je soutiens une chose, c’est que je sais ce que je dis. Quand même, je ne suis pas immature à ce point. Il faut dire aussi, qu’avec je-ne-sais-combien de personnes sous mes ordres, qu’on m’obéisse sans rien dire, c’est mon lot habituel. Et pourtant, les gens qui me tiennent tête… J’les kiff bien aussi ! Ca change un peu. Ayez de la personnalité, Que Diable ! J’ai beau m’affirmer fortement, ce n’est pas parce que vous allez me mettre en rogne en soutenant votre opinion que je vais vous sauter dessus ! (Quoi que, si vous êtes chou… *se prend une vache volante*)
En bref, on me voit comme une jeune femme autoritaire, au caractère bien trempé qui se voit comme la plus belle, la plus mieux et BLAH BLAH BLAH. Pourtant, ce n’est que ce que les inconnus perçoivent de ma personne. Parce que je suis aussi gentille et affectueuse à mes heures perdues, sisi je vous assure ! Bon, je vous l’accorde, être particulièrement sympathique avec le premier venu n’est pas forcément mon crédo; mais faire plaisir aux gens qui comptent j’aime ça. Pourtant, les marques d’affection et moi, cela fait trente… Les bisous et les câlins je les reçois plus que je ne les distribue, je l’avoue. Pourtant, ça ne m’empêche pas d’avoir énormément besoin d’affection, même si je ne le montre pas forcément. Je ne montre pas beaucoup mes sentiments, mon self-control résiste à toutes épreuves (ou presque), à partir du moment où je décide de m’en servir…
Je suis également une personne Droite, loyale et dotée d’un sens de la justice. Si je dis que je ferai quelque chose, soyez surs que je le ferai, dans la mesure du possible. De plus, je ne supporte pas les injustices et ceux qui s’amusent à rabaisser les autres pour le plaisir. Je vous entend déjà « genre toi, avec ton argent qui sort de sous la porte tu nous parles d’injustice… » Et bien, oui monsieur, je vous parle d’injustice. Car, même si je ne fais pas spécialement de dons à la valeur mirobolante à toutes les assoc’ de la Terre, un virement de 100€ est effectué tous les mois de mon compte à celui d’une association pour aider les gens en Afrique. Je paye mes impôts et trouve cela normale (et je ne me barre pas en suisse, si vous voyez de qui je parle…). Je paye mes employés de façon convenable (deux fois le smic pour essuyer trois taches sur mon plan de travail, vous pensez qu’ils sont sous-payés ?) et je leur offre une prime à Noël, qu’ils puissent gâter leurs enfants. Et ouais, à croire que je suis à la limite de la générosité, finalement.
Et le reste de mon argent ? Ne vous en faites pas pour moi, il me reste bien assez à mettre dans ma garde robe, mes dinés dans tous les restau du coin et dans toutes les petites choses dont je pourrais avoir envie. Certains dépenses tout leur fric en drogue, fumette et buvette. En ce qui me concerne, buvette et fumette me suffisent (et encore). Me retrouver ivre morte au coin de la rue sans être capable de retrouver mon appartement, cela ne me plait guère, je laisse ce rôle là à Casey. Mon rôle à moi c’est de la surveiller (on va dire).

A croire, au final, que je suis presque un ange… Ou pas.


Dernière édition par Andréas MacCarter le Dim 20 Sep - 17:26, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://last-day.forumsactifs.com/index.htm
Andréas MacCarter
Keep my Feet on Ground
avatar

Nombre de messages : 601
AGE : 25.12 - 18 ans
TAKEN or FREE ? : FREEheart_.
HUMEUR : ★ No I can't hear nothing 'cause I got my head up in the clouds.
Date d'inscription : 26/04/2008

. Fiche Perso .
*. Un p'tit mot ?:
*. Relations:

MessageSujet: Re: Andréas MacCarter ll ADMINISTRATRICE *   Lun 7 Sep - 22:00

'
- - - - - PSYCHO TEST - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - .
'



    x LA DROGUE ET VOUS C'EST...
    [ ] JAMAIS DE LA VIE, CA VA PAS LA TETE ? : O
    [ ] HAHA.... I Love it... ♥
    [X] Pas spécialement mon truc, mais dans des soirées, comme ça...
    [ ] C'est mon gagne pain, mec.

    x JE BOIS...
    [ ] Un peu.
    [X] Beaucoup.
    [ ] Passionnément.
    [ ] A la folie.
    [ ] Pas du tout !

    x VOUS VOUS PROMENEZ ET VOUS CROISEZ UNE PAUVRE TORTUE COINCÉE SUR LE DOS. ELLE N'ARRIVE PAS A SE REMETTRE SU SES PATTES, QUE FAITES VOUS ?
    [ ] Je la retourne délicatement, puis l'encourage à reprendre sa route.
    [ ] Je la laisse crever, elle avait qu'à pas être aussi débile.
    [X] Quelle Tortue ?
    [ ] Je chronomètre le temps qu'elle met à crever.

    x VOUS REGARDEZ TRANQUILLEMENT LES NUAGES, DANS UN PARC. VOS NUAGES A VOUS ONT LA FORME DE...
    [ ] D'un Dragon !!!! *w*
    [ ] Euh... Une forme ? Vous avez fumé quoi ?
    [ ] Une boule de coton
    [X] Un Milkshake à la framboise
    [X] J'ai pas le temps pour ça, merci ! (Quand je le prends le temps, se référer à la réponse ci-dessus...)
    [ ] Si je vous disais ce que je voyais, cela risquerait de vous choquer.... (:


    x CHEZ MOI L'ARGENT, C'EST...
    [ ] Une vraie préoccupation, j'arrive jamais à payer mon loyer !
    [ ] Un moyen d'arriver à mes fins.
    [X] Quelque chose dont je me sers pour essuyer les taches. Je suis pas à 500€ près ! (Même si j'évite, 500€ reste 500€, je préfère encore les mettre dans un bon Jeans !)
    [ ] La récompense de mon dur labeur.


    x BONNE MUSIQUE RIME AVEC...
    [ ] Rap, R'n'B.... La musique à la mode quoi !
    [ ] Du bon vieux rock des années 80.
    [ ] L'électro et la dance, CA ça bouge !
    [ ] Le bon son bien bourrin pendant que j'agite ma tignasse èwé\m/
    [X] Autre : J'écoute de tout. Pour travailler, j'aime mettre en fond l'intégral de Mozart, ou tous mes CDs de Gallhammer; Tandis qu'en boîte, un bon son électro/pop n'est pas de refus... J'aime également me réveiller avec un rock qui a la pêche et passer mes nerfs sur un bon morceau de Métal bien bourrin...


    x SORTIE ENTRE AMIS. TOUT LE MONDE A FAIM, VOUS VOUS ARRETEZ DANS UN CAFE, VOUS COMMANDEZ...
    [ ] Bah... un café. Puisqu'on est dans un CAFE ! Dunaze !
    [X] Un bon chocolat viennois avec BEAUCOUP de chantilly et une viennoiserie! ♥
    [ ] De l'eau. Je suis au régime.
    [ ] Un cocktail alcoolisé, même si il est 11h (:
    [ ] Une boisson énergisante pour avoir la pêêêêcheeeeeeeeeeeeeeeeeuh ~



'
- - - - - HORS JEU - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - .
'

    x PSEUDONYME(S) : Saku - HEAVEN - Tsuki (...)
    x AGE : Indéfini; trouvez le ~
    x PAYS : LE PAYS DU COQ SPORTIF oDo;;;
    x COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM ? AHAH LA BLAGUE.... (:
    x DES REMARQUES ? Cas'&Andy sont les meilleurs 8D
    x CODE RÈGLEMENT : [VALIDE]
    x PERSONNAGE PRÉDÉFINI ? [X] Oui - [ ] Non
    x AVATAR : Avril Lavigne

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://last-day.forumsactifs.com/index.htm
 
Andréas MacCarter ll ADMINISTRATRICE *
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Malraux, André] La condition humaine
» Exposition André Abbal - Musée Calbet à Grisolles - Jusqu'au 26 octobre 2008
» André the giant classic superstars series ???
» Armandy, André
» André Brink

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LAST DAY_. :: - Avant de commencer - :: Présentations-
Sauter vers: